top of page
Gratte-ciel
  • Photo du rédacteurAkram Cheik - Lawyer

Droit du travail - La période d’essai en droit du travail aux Émirats arabes unis

Dernière mise à jour : 31 janv. 2023


Selon le droit du travail aux Émirats arabes unis, un employé peut être maintenu en période d'essai pendant un maximum de six mois. Certaines entreprises choisissent également d'avoir une période d'essai plus courte d'environ deux ou trois mois. Cependant, Il est interdit par la loi de prolonger la période d'essai d'un employé au-delà de six mois.


En sus en deçà de cette période, l'employeur a le droit de mettre fin à vos services sans fournir aucune indemnité ni préavis. Vous n'avez pas non plus droit à une indemnité si vous quittez votre emploi pendant la période d'essai. L’article 37 du Code du travail aux Émirats dispose que : « L’employé peut être nommé pour une période probatoire ne dépassant pas six mois et l’employeur peut mettre fin aux services de l’employé pendant cette période sans donner de préavis ni payer de rémunération de fin de service. La nomination de l’employé à titre probatoire au service d’un employeur donné ne peut être faite plus d’une fois. Toutefois, si l’employé a terminé la période probatoire de manière satisfaisante et est resté en service, cette période de service est calculée lors du calcul de la période de son service. »


Par ailleurs, le tribunal de Dubaï a statué que : « Un travailleur peut être nommé sous probation pour une période n'excédant pas six mois, et l'employeur peut licencier le travailleur pendant cette période sans avertissement et sans récompense de fin de service et sans compensation pour licenciement. » (Voir l’arrêt No 2018/161 Cour de cassation du travail.)


Ainsi, l'employé a également le droit de démissionner à tout moment pendant la période d'essai, sans prévoir de délai de préavis. L'employeur n'a pas le droit d'exiger une compensation.



536 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Comments


bottom of page